Sphingidae > Macroglossum

Macroglossum stellatarum (Linnaeus, 1758)

Nom français :

Moro-Sphinx

Synonyme(s) :

Macroglossa nigra Cosmovici, 1892
Macroglossa stellatarum (Linnaeus, 1758)
Sphinx stellatarum Linnaeus, 1758

Lien(s) :

lepinet Lepi'Net
lepiforum Lepiforum

Liste des observations

Synthèse


Chargement des informations...

Aucun statut de protection et/ou de patrimonialité pour cette espèce.


Chargement des informations...

Répartition en France métropolitaine - logo INPN

Répartition communale - Macroglossum stellatarum dans l'Indre Données saisies au 21/01/2019


Chargement de la carte...

Choix de la carte



Légende


Observation en 2019
Dernière observation après 2010
Dernière observation entre 2000 et 2009
Dernière observation entre 1990 et 1999
Dernière observation entre 1980 et 1989
Dernière observation avant 1980

Carte Lepinet


Cartographie - Macroglossum stellatarum (uniquement pour les observations à diffusion localisée)


Chargement des données...

   

Répartition des données par secteur biogéographique


Chargement de la carte...

Nombre d'observations par secteur

Chargement du graph...


Phénologie par secteur (cliquer sur une zone de la carte)

Macroglossum stellatarum - Nombre d'observations par décade Données saisies au 21/01/2019 (Observé vivant)


Chargement du graph...

Liste des observateurs

Chargement de la liste...

Informations diverses


Observation "la plus importante en nombre"

Date de la dernière observation

Dates extrêmes

-

Etat biologique

Type de contact

Chargement ...

Prospection

Photos de Macroglossum stellatarum


Plante(s) hôte(s)


Habitats


Bibliographie


Témoignage(s)

MARTIN René, 1888. Les Lépidoptères du département de l’Indre.

Extrêmement commun partout. Il vole en plein jour, depuis le 15 mars jusqu’au 5 septembre, s’arrête dans un battement d’ailes précipité sur les echium, les saponaires, les pétunia, les géranium et une foule d’autres fleurs. Il butine encore à la nuit tombante. Il entre volontiers dans les appartements et se retire le soir et par les temps d’orage dans un trou de mur. Je crois même qu’il hiverne quelquefois dans les maisons et les vieilles murailles. Les chenilles ou vertes ou violacées vivent par colonies souvent très nombreuses sur les grandes touffes des gaillets.